• Neoma Reims Conseil

De la recherche aux nouvelles technologies, l’essor des deep techs.

Dernière mise à jour : mai 6



De la recherche aux nouvelles technologies, l’essor des deep techs.


Avec des projets toujours plus ambitieux et des technologies de plus en plus prometteuses, la deep tech semble être la nouvelle révolution technologique et attire toujours plus d’investisseurs. Selon une étude du Boston Consulting Group, les investissements dans les startups deep tech en 2018 ont été de 18 milliards de dollars au niveau mondial, soit une hausse de 22% par rapport à l’année 2015.


Mais qu’est-ce que la deep tech ?


Avant toute chose, il convient de définir ce qu’est la deep tech. Les deep techs sont définies comme des entreprises disruptives ayant pour objectif de changer durablement le monde et de transformer la société dans laquelle nous vivons. Ces entreprises ont pour caractéristique de consacrer d’importants budgets à la recherche et au développement, leur objectif étant de repousser les frontières technologiques. En cherchant à révolutionner notre quotidien, ces startups touchent à toutes les préoccupations des sociétés modernes : de l’intelligence artificielle à la biologie, en passant par la santé, le réchauffement climatique et bien d’autres domaines.

Les budgets conséquents en recherche et développement des deep techs leur imposent différents défis qui les distinguent des startups classiques : leur principale mission doit être de trouver des innovations capables de bouleverser tout un secteur en apportant à la fois un effet sociétal et environnemental et ainsi de transformer durablement les sociétés. La moitié des deep techs déclarent alors avoir un impact sur la santé et le bien-être, et près d’un quart sur le climat. Ces chiffres montrent à quel point l’union du monde de la recherche et de l’innovation technologique permet de mener des projets disruptifs.


Quelques deep techs marquantes


Avec plus de 9000 deep techs implantées dans plus de 70 pays, les buts menés par ces entreprises sont tous aussi divers qu’innovants. Par exemple, GTX medical a développé un outil permettant à des personnes paralysées de pouvoir potentiellement remarcher. Grâce à l’alliance des nouvelles technologies et de la recherche scientifique, la paralysie pourrait alors ne plus être une fatalité. La deep tech BiomiTech s’est quant à elle spécialisée dans un domaine complètement différent, mais avec un objectif tout autant disruptif. En s’appuyant sur le pouvoir des champignons mycorhiziens, cette deep tech permet aux agriculteurs d’améliorer les rendements de leurs cultures tout en faisant face aux effets climatiques. Ces projets montrent à quel point la fusion du monde de la recherche et de l’entrepreneuriat peut changer durablement nos sociétés.


Quid de la France ?


Avec une accessibilité aux technologies de plus en plus égalitaire, la plupart des pays sont désormais sur un pied d’égalité pour devenir des leaders de l’innovation. Actuellement, les États-Unis et la Chine restent les leaders dans les deep tech.

La France dispose également de nombreux atouts pour être un leader dans le domaine. Bpifrance a notamment multiplié ses investissements par cinq dans la deeptech depuis 2015, passant dés lors de 300 millions à près d’un milliard et demi d’euros en 2019. Le pays dispose également d’un tissu académique faisant référence dans le monde. Par exemple, trois des cinq meilleures universités européennes sur l’intelligence artificielle sont françaises.

Mais malgré tous ses atouts, la France peine à attirer des financements. Le pays ne dispose pas d’un capital risque structuré permettant de répondre aux enjeux des financements spécifiques des deep techs. Pour faire valoir tous ses atouts, la France doit désormais faire collaborer tous les acteurs du système économique. Les institutions académiques, les grandes entreprises et les financements privés doivent également soutenir les deep techs. C’est la condition essentielle pour que la France puisse briller et fasse valoir tous ses atouts dans ce secteur prometteur.


Comme pour toute création d’entreprise, le lancement d’une deep tech passe par plusieurs étapes. Avant le lancement, il faut notamment analyser le marché, définir la stratégie de lancement du nouveau produit ou service et également établir une première estimation de la rentabilité future de l’activité. Neoma Reims Conseil peut vous accompagner dans le lancement de votre activité. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter, afin que nous puissions vous accompagner dans votre démarche.



Alix LOYAL



57 vues0 commentaire