• Neoma Reims Conseil

La culture, grande sacrifiée de la Covid-19?


« Ils viennent de nous tuer. » Voici la réaction qu’a eu le directeur du théâtre du Rond Point de Paris après l’annonce faite par le Premier ministre stipulant que les lieux culturels resteraient fermés en cette fin d’année. Ils pensaient enfin voir le bout du tunnel, mais replongent finalement dans le noir. Les acteurs du monde de la culture dénoncent aujourd’hui une mise à mort de leur métier. Il faut dire que la route parcourue a été longue. En effet, depuis le 17 mars 2020, date du premier confinement en France, le secteur de la culture subit les conséquences désastreuses de cette pandémie.


Un secteur mis à mal par la pandémie


Après un arrêt total pendant près de deux mois, le monde de la culture a progressivement pu se déconfiner en mai dernier. C’est ainsi que les musées, les théâtres et certaines salles de spectacles ont pu rouvrir leurs portes. Grâce à la mise en place d’un protocole sanitaire très strict, les artistes et les lieux culturels ont ainsi pu retrouver une partie de leur public. Cela a été une renaissance pour eux. Mieux encore, la perspective d’une reprise économique a été un espoir pour beaucoup d’entre eux. Mais, force a été de constater que les résultats espérés de cette réouverture n’ont pas été atteints. La mise en place d’un protocole sanitaire jugé trop strict (avec notamment des limitations d’accueil à 30% des capacités initiales) et un afflux de visiteurs bien moins élevé que les années précédentes ont participé à cette difficile reprise.


Pour d’autres, pire encore, aucune activité n’a eu lieu depuis le mois de mars. C’est notamment le cas des festivals et du monde de la nuit. En effet, aucun festival n’a pu se tenir cet été, et 99% des discothèques n’ont pas fonctionné depuis 9 mois. Ces secteurs connaissent la pire situation, entraînant alors pour leurs salariés une rage et un désespoir sans égal. Avec de lourdes charges fixes mensuelles à payer, certains n’imaginent même plus de perspectives futures pour leur métier.


Une opportunité pour se digitaliser


Face à ces lourdes pertes financières liées à la pandémie, certains acteurs ont cherché à trouver de nouveaux revenus en se digitalisant. Plusieurs musées ont ainsi présenté des expositions en ligne : c’est notamment le cas du musée Saint Rémi à Reims qui a mis en ligne plusieurs de ses œuvres. Des festivals se sont également digitalisés : c’est le cas du festival Tomorrowland. L’événement qui attire habituellement 300 000 personnes pour son édition physique a vendu cette année près d’un million de billets pour son édition digitale. Divers partenariats entre les artistes et les salles de spectacles se sont également mis en place pour diffuser des retransmissions en direct. C’est grâce à cette initiative que le groupe Tryo a ainsi assuré son concert dans l’AccorHotels Arena alors que celui-ci était vide. En outre, certaines librairies ont également élaboré un site internet, permettant alors la mise en place d’un click and collect. Ce service permet aux consommateurs de commander en ligne pour ensuite retirer leurs articles dans un magasin. Au-delà de chercher à assurer la survie du secteur, ces initiatives attestent de la volonté des artistes et des professionnels de s’accrocher à la beauté et à l’énergie de leurs métiers.


Il est aussi pertinent d’indiquer que toutes ces alternatives digitales ont le mérite de donner vie à une culture transformée par la pandémie et de limiter les pertes financières. Mais, plus encore, cela montre aussi l’importance de se digitaliser et des opportunités qui en résultent. Si aux premiers abords, il semble évident que l’accès à la culture se fasse physiquement, dorénavant, il se fait de plus en plus en distanciel, grâce aux outils digitaux qui apportent de nombreux bénéfices supplémentaires tels que la suppression des contraintes géographiques, la possibilité de toucher un plus grand nombre de personnes ou de proposer une expérience interactive.


La pandémie de la COVID-19 a indéniablement participé à l’accélération de la digitalisation. Cette période a probablement fait émerger des innovations qui n'auraient pas vu le jour avant plusieurs années. La digitalisation est donc bien une nouvelle option qui devrait perdurer et s’inscrire dans le temps, d’où la nécessité de digitaliser son entreprise. Pour cela, Neoma Reims Conseil peut vous accompagner dans l’élaboration d’une stratégie de digitalisation adaptée à votre entreprise. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter, afin que nous puissions vous accompagner dans votre démarche


Alix LOYAL


89 vues0 commentaire
Logo blanc complet NRC.png
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram

06.77.83.09.28

59 rue Pierre Taittinger

51100 Reims

© Neoma Reims Conseil,  association loi 1901 de type Junior-Entreprise

Tous droits de reproduction réservés.