• Neoma Reims Conseil

LA FASHION WEEK

En cette première semaine de mars 2022 s’est tenu l’événement tant attendu par les passionnés de mode et de couture : la Paris Fashion Week.

La fashion week est une semaine dédiée à la mode durant laquelle les créateurs de grandes maisons de couture exposent leurs nouvelles collections en organisant des défilés. Elle a lieu deux fois par an, en février puis en septembre. C’est New York qui ouvre le bal de la fashion week suivi par Londres, Milan et enfin Paris. Ce sont les « Big Four ».




L’histoire de la Fashion Week

La Fashion Week est née dans l’imagination de Charles Worth à la fin du 19ème et de Paul Poiret au début du 20ème siècle. En effet, tous deux ont eu l’idée de mettre en action leurs créations à Paris. Il en est de même pour Lady Duff-Gordon à Londres. En France, les prémices de la fashion week se sont déroulés sous forme de bals.

Durant les années 1920 et 1930, de nombreux talents se sont révélés à Paris : de Madeleine Vionnet à Elsa Schiaparelli en passant par Coco Chanel, les défilés deviennent plus intimes. C’est à ce moment-là que chacune des maisons proposait un défilé à ses clientes les plus prestigieuses.

Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’une réglementation plus précise est mise en place. En effet, chaque maison à pour ordre de proposer à minima 35 tenues par saison. Seule la méthode du fait sur-mesure existait. Par ailleurs, l’industrie de la mode de New York inquiétait la capitale. Pourtant, en 1947, Christian Dior eut un réel succès notamment en proposant de nouvelles silhouettes et coupes innovantes suite à la guerre.

Plus tard, dans les années 1960, c’est Yves Saint Laurent qui fait son apparition avec des collections inspirées de la jeunesse. Enfin, en 1973 est créée la Fédération Française de la Couture ce qui a permis à la première semaine de la mode de Paris de voir le jour cette même année.

La Fashion Week de Paris aujourd’hui

Aujourd’hui, les défilés sont plus somptueux chaque année. La capitale a bien évolué depuis le temps des bals de Poiret il y a plus de cent ans. Néanmoins ce spectacle parisien reste sans faille, incontournable et sans équivalent.

Les décors sont de plus en plus travaillés, Karl Lagerfeld en est le maître. Les mises en scène sont fascinantes. On retrouve la représentation de stations de métros parisiens, de gares ou encore d’aéroports qui participent à la beauté du spectacle de chaque maison.

Enfin qu’en est-il des invités ? Bien sûr, les invités aux Fashion Week sont principalement des célébrités, personnages publics, des sportifs de haut niveau. La presse ou les influenceurs mode sont également présents.

La Fashion Week à l’heure du coronavirus

L’adaptation a été le maître-mot des Fashion Week qui ont eu lieu durant la pandémie. Alors qu’habituellement 84 maisons présentaient leurs collections pendant cette semaine de la mode, seules 19 d’entre elles ont pu le faire durant la COVID-19.

En ce qui concerne le nombre d’invités, il a bien évidemment été réduit : en effet Dior n’a invité que 300 personnes au lieu de 1 500. Par ailleurs, le protocole sanitaire a été appliqué : port du masque obligatoire et mesures de distanciation sociale.

Les maisons qui ont abandonné le défilé en présentiel ont fait tout leur possible afin de proposer un défilé à distance principalement à travers les écrans. C’est particulièrement le cas de la maison Dior, qui, au-delà des photos ou vidéos qu’elle a publiées, a réellement proposé un défilé via Tik Tok et Twitter qui a été visionné par plus de 50 000 personnes. Sur le même modèle, Vuitton avait enregistré 100 millions de vues au total.

Le futur de la Fashion Week : une réinvention ?

Le 36ème festival de Hyères a mis en place une master class intitulée « Physique et digitale : quel avenir pour la mode ? » dans le but de trouver un équilibre entre le digital et le physique.

Ainsi, la Fashion Week de Paris joue aujourd’hui sur les deux créneaux : online et offline. Dès le début de la pandémie, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode (FHCM) a créé une plateforme dédiée au regroupement de l’ensemble du contenu relatif à la Fashion Week. « Rapidement, on a pu constater que les directeurs artistiques et créateurs s’étaient emparés du sujet digital et que ces directeurs artistiques de maisons étaient devenus des metteurs en scène, des réalisateurs. On s’est retrouvé avec une sorte de festival de court-métrages de mode en juillet 2020 » explique Guillaume Robic, le directeur délégué de la FHCM. Cependant, il faut tout de même garder à l’esprit que les petits créateurs ne sont pas encore en capacité financière de répondre à cette demande.

On pourrait croire que le défilé digital perd la magie du physique. En effet, capter et maintenir l’attention de l’invité est plus complexe à travers des écrans. Pourtant, Charlotte Rolland, docteur en neurosciences, explique qu’il faut jouer sur les émotions afin de « faire vivre une vraie expérience non pas en tant qu’observateur passif, mais comme quelqu’un qui va expérimenter ». Pour le digital, il faut se concentrer et mettre en avant une histoire dans le but de raccrocher l’observateur à la pièce de haute couture qui lui évoque une histoire et donc une émotion.


Ana Itoiz

Commerciale

SOURCES :


47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout