• Neoma Reims Conseil

Le boom de l'automobile française : un faux-semblant ?




         Selon le rapport mensuel du Comité des Constructeurs Automobiles Français (CCFA), les ventes de voitures aux particuliers ont progressé - 18,9 % par rapport à juillet 2017. De janvier à juillet 2018, ce sont près de 1,36 million de voitures qui ont été immatriculées en France, ce qui représente une hausse de 6,3% par rapport à la même période de 2017. De plus, les ventes auprès des professionnels ont également progressé, ce qui illustre la solidité du marché automobile français. Ce dernier semble profiter de la croissance économique. Mais, si toutes les marques affichent une progression solide des ventes, toutes n’évoluent pas à la même vitesse…


       En juillet 2018, les constructeurs français se sont emparés de 52% des parts du marché automobile. Il faut remonter au début des années 1990 pour retrouver une telle proportion. Les voitures du groupe PSA PEUGEOT CITROEN se sont particulièrement bien vendues, avec une augmentation des immatriculations de 23% sur un an, tandis que les marques étrangères ont progressé de 14,5%. Le groupe sochalien devance son concurrent français avec 32 % des parts de marché, contre 21,4 % pour Renault. Toutefois les bonnes performances de PSA s’expliquent en partie par la comptabilisation des ventes réalisées sous la marque Opel.


        Concernant les détails du palmarès, la première place est occupée par la Renault Clio, mais Peugeot talonne son concurrent avec respectivement la 208 et le SUV 3008, les deux véhicules les plus vendus de la marque au lion . La marque premium DS affiche une croissance de 46.9% grâce à l’arrivée de la DS 7 CROSSBACK. Pour les marques étrangères, c’est VOLKSWAGEN qui arrive en tête avec 13.9% de parts de marché et une hausse de 19.7% des immatriculations. Seule la marque Audi réalise une contre-performance, avec une baisse des ventes de 2.3% en raison d’une absence d’actualisation de son Q3. Cependant la firme d’Ingolstadt a dévoilé son nouveau Q3 prévu fin 2018, arborant une ligne plus statutaire et plus racée que l’ancienne génération, ce qui devrait séduire une clientèle exigeante et conservatrice. La nouvelle Audi A1 renforcera son profil dynamique et musclé, ce qui devrait convaincre une clientèle à la recherche d’une citadine sportive et chic. Sa devancière était déjà une référence dans le segment des citadines premiums.


       Il s’agit donc d’un mois de juillet exceptionnel pour le marché automobile français, porté par un climat macro-économique très favorable aux entreprises, ce qui a contribué à faire progresser les ventes. Le marché des professionnels représente même 40% des immatriculations. Malgré le trou d’air de la croissance économique au deuxième trimestre, les entreprises continuent de renouveler leurs parcs automobiles.


       Pour les ménages, les locations avec option d’achat (LOA) expliquent en partie ce boom. En effet, 1/3 des immatriculations sont réalisées avec des LOA. Par ailleurs, le moral des ménages reste excellent, ce qui pourrait inciter les consommateurs à acheter des voitures avec des options supplémentaires, accroissant ainsi la marge commerciale réalisée par les constructeurs. A ce titre, près de 82% des ventes du Peugeot 3008 sont effectuées avec des finitions poussées : GT, GT LINE et ALLURE BUSINESS. L’engouement pour les SUV participe aussi à cette dynamique. En effet, il y a 6 ans, les ménages privilégiaient les monospaces plus familiaux aux SUV et aux Crossovers ; aujourd’hui, c’est l’inverse. Cette tendance est confirmée par le palmarès des voitures les plus vendues en France en juin 2018 : sur les dix véhicules les plus demandés, cinq sont des SUV ou des Crossovers.


        Cependant, une analyse plus sceptique consiste à montrer que le boom du marché est exceptionnel dans son ampleur et donc artificiel. En effet, les cycles d'homologation changent en septembre prochain. Le cycle traditionnel NEDC (Nouveau Cycle Européen de Conduite) sera prochainement remplacé par un nouveau cycle de tests WLTP (Worldwide harmonized Light vehicule Test Procedure), beaucoup plus réaliste et proche des conditions de conduite au quotidien. Or, ce nouveau cycle risque d’accroitre la quantité de CO2 mesurée pendant les tests et ainsi augmenter le malus écologique. Avec le risque de fortes fluctuations du marché, les ménages auraient alors anticipé les nouvelles taxes à venir et se seraient précipités pour commander une nouvelle voiture.


      Cette politique d’homologation devrait accentuer la paupérisation du marché automobile français dans les années à venir. En raison du poids de la fiscalité écologique et des taxes sur le carburant, les français achètent relativement plus de voitures d’entrée de gamme que leurs voisins européens : celles-ci représentent 55% du marché français en 2018 contre 42% seulement en moyenne sur l’Europe. Or, cette structure de marché est défavorable aux constructeurs français qui se retrouvent à vendre des voitures à faibles marges. En plus, les citadines françaises sont souvent produites hors de l’hexagone en raison du manque de compétitivité de l’économie française.


        Cette structure de marché a largement pu contribuer à la désindustrialisation de l'Hexagone. Par exemple, le site PSA de Rennes, qui assemblait les modèles haut-de-gamme (Citroën C5, C6 et Peugeot 607) a été frappé de plein fouet par cette "paupérisation" du marché tricolore. Le constructeur n’a en effet toujours pas renouvelé ses 3 berlines haut de gamme.


         Cette concentration de petits véhicules permet néanmoins à la France de bien se positionner en termes d’émissions de CO2 par véhicule par kilomètre. Mais la forte baisse des diesels, vilipendés par les pouvoirs publics et victimes de la hausse des taxes sur le gazole, a fait remonter ce taux moyen à 112 gramme de CO2/km contre 109 grammes en 2016 par véhicule par kilomètre. L’affaire reste donc à suivre …

Rédigé par Thibaut Varescon,

Vice-Trésorier de NRC

(Mandat 2017-2018)

199 vues
Logo blanc complet NRC.png
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram

06.77.83.09.28

59 rue Pierre Taittinger 51100 Reims

© Neoma Reims Conseil,  association loi 1901 de type Junior-Entreprise

Tous droits de reproduction réservés.