• Neoma Reims Conseil

Le marché des VTC, un secteur en pleine croissance



Le marché des VTC regroupe les voitures de transport avec chauffeur, mais celui-ci se distingue du marché des taxis, par le statut des chauffeurs et la tarification des courses. Le statut du VTC a été créé en 2009 et cette filière s’est surtout développée dans les années 2010, car de nombreuses sociétés se sont installées dans les grandes villes de France tel que Uber, Chauffeur Privé ou encore SnapCar. En tout, environ 13 000 sociétés de VTC ont été créées depuis le début.


Le marché a connu un bouleversement, car les taxis ne se sont pas développés de la même manière. En effet, entre 1937 et 2010, seulement 4 000 licences de taxi ont été émises alors que 9 000 entreprises de VTC ont été créées entre 2010 et 2015 à Paris, avec pas moins de 70% des chauffeurs de VTC en région parisienne. Le marché du VTC présente donc de belles perspectives de croissance en France sur les années à venir. C’est un marché porteur qui offre de nombreuses opportunités en termes d’innovation et de diversification de l’offre.

Cependant, de nombreuses rivalités sont présentes entre ces deux filières, étant donné que les statuts et les charges sont différentes. Par exemple, un chauffeur de taxi doit payer entre 200 000 et 250 000 euros pour obtenir la licence de taxi alors que les chauffeurs de VTC n’ont pas besoin d’avoir cette licence.

Lorsqu’un marché est en très forte croissance, la réglementation évolue toujours de la même manière ! C'est pourquoi la réglementation concernant les transports publics particuliers de personnes a connu d’intenses évolutions. La loi Grand Guillaume, qui a été votée le 29 décembre 2016, vise à pacifier les tensions qu’il pourrait y avoir entre sociétés de VTC et chauffeurs de taxi. Par exemple, cette loi apporte de nouvelles dispositions concernant les plateformes de VTC, leurs chauffeurs sont obligés de disposer de quatre éléments : le permis de conduire, la carte professionnelle, un justificatif de l’assurance du véhicule puis un justificatif de l’assurance de responsabilité civile professionnelle.

Les taxis sont également très encadrés et ne s’adaptent pas forcément au marché. Les tarifs d’une course de taxi sont réglementés par la loi, ils sont fixés à partir de la prise en charge, du prix au kilomètre, du tarif horaire et des majorations et suppléments. Ils ne peuvent donc pas s’adapter au marché et faire face à la concurrence des VTC, qui proposent des services à un prix beaucoup plus faible. Le prix du taxi n’est pas fixe et varie selon les périodes de la journée, il n’est pas possible de savoir combien un client paiera pour sa course. Cependant, ce n’est pas le cas pour les VTC, le prix de la course est fixé à l’avance et cette transparence permet de faire la différence chez le client qui hésitera entre les deux.

Les services proposés entre les deux filières sont également différents. L’objectif du taxi est de transporter le client d’un point A à un point B, le chauffeur de VTC met tout à disposition pour que le client passe un agréable voyage : bouteilles d’eau, nourritures, réseau Wi-Fi, tablettes, voitures de luxe.

De plus, la concurrence ne se fait pas seulement entre les taxis et les VTC, mais également entre chauffeurs de VTC, et les nombreuses entreprises qui se créent dans ce secteur très concurrentiel ! Uber, première entreprise de VTC qui a connu un succès en France, est une société américaine précurseur à la création de nombreuses autres entreprises, avec chacune sa particularité pour se distinguer et attirer le plus de client.


Cependant, des moyens peu éthiques sont utilisés par les plateformes concernant l’augmentation des prix. Depuis quelque temps, les tarifs des courses ont augmenté de 15 à 20%, cela s’expliquerait par un manque de chauffeurs et par une multiplication des embouteillages. Les prix augmentent lorsque la demande est élevée sur une zone spécifique et que les chauffeurs ne sont pas assez nombreux pour assurer le service, un système de majoration est donc mis en place. De même, pendant les embouteillages, si le trajet est plus long que prévu à cause de travaux par exemple, alors le prix sera révisé afin de rentabiliser le trajet. Dans ce marché très concurrentiel, les entreprises sont prêtes à batailler pour garder leurs conducteurs et leurs clients.

Melissa BAGCI Trésorière


0 vue0 commentaire