• Neoma Reims Conseil

Les marchés prédictifs : la fin des enquêtes traditionnelles ?

Mis à jour : 11 déc. 2018

      Assis à la terrasse d’un café, vous vous demandez si ce-dernier devrait plutôt vendre du café ou du thé à la prochaine saison. Pour y parvenir, deux solutions s’offrent à vous : observer la consommation actuelle des personnes présentes dans l’établissement afin d’en déduire une projection ou demander à ces personnes de parier sur la tendance de la prochaine saison. Que choisissez-vous?


      Cette analogie illustre tout l’enjeu des différences entre les sondages et les marchés prédictifs. Si ces deux méthodes visent à prédire au mieux le futur, leurs procédés diffèrent. Les instituts de sondages interrogent un échantillon représentatif d’une population pour en déduire une projection générale aux moyens d’outils statistiques.


     Pour leur part, des sociétés comme Hypermind se réfèrent à l’intelligence collective en mettant en place des plateformes de paris d’opinions. Le principe est que chaque individu interrogé mobilise ses connaissances et sa perception du monde pour miser sur l’avenir le plus probable à ses yeux et ainsi espérer obtenir un gain (bons d’achats offerts par la plateforme…). Aujourd’hui, alors que la data est un élément de plus en plus important dans les décisions stratégiques, que préférer entre le sondage et le marché prédictif ?



Le marché prédictif, un nouveau devin


     Bien qu’utilisés depuis les années 1860 à Wall Street, c’est le développement d’internet qui a véritablement permis l’essor des marchés prédictifs. En effet, ces derniers présentent de nombreux avantages.


     Tout d’abord, ils traitent d’une grande diversité d’opinions. On peut considérer que chaque individu ne dispose que d’une partie biaisée de la connaissance d’une situation. C’est en confrontant les opinions dans un marché que l’intelligence collective se met à l’œuvre. Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec l’opinion majoritaire sont incités à prendre part au débat par les profits potentiellement générés par leur pari sur l’avenir.


De plus, contrairement aux sondages, il n’est pas nécessaire d’avoir un échantillon représentatif de la population car celui-ci est assez hasardeux et délicat à établir. Seul l’avis des individus compte. Par exemple, pour répondre à une enquête de LePoint sur les questions d’actualité en 2015, Hypermind a constitué un panel constitué à 70 % de diplômés bac + 5 ou bac + 7, avec une grande diversité de parcours professionnels.


Enfin, les marchés prédictifs mesurent en temps réel l’évolution de la probabilité d’un évènement alors qu’un sondage n’est valable qu’à un moment. En effet, tant que la réalité n’a pas confirmé ou infirmé une prévision, les « traders » peuvent miser sur des prévisions à un prix qu’ils négocient entre eux et qui évolue naturellement au fil de l’actualité.


Les marchés prédictifs ne peuvent se substituer aux sondages


      Bien qu’un marché prédictif soit meilleur qu'un sondage dans 65% à 75% des cas, ce dernier ne peut remplacer un sondage quand il s’agit d’évaluer un marché ou de mesurer la satisfaction à propos d’un produit. En effet, le sondage précède le marché prédictif dans la mesure où les acteurs du marché prédictif ont la possibilité d'utiliser les sondages comme sources d'informations pour leurs estimations alors que l’inverse n’est pas possible.

Cet aspect témoigne des variétés d’informations utilisées par les parieurs dans leur analyse. Toutefois, le marché prédictif étant par essence un jeu, si les parieurs n’ont que trop peu d’informations à leur disposition, ils finiront par avoir la même information, et donc un comportement similaire dans le jeu. Dans ce cas, le marché se meurt avant même d’avoir commencé, car il n’y a aucune perspective de gain et aucun intérêt à entrer dans le jeu.


      Enfin, les marchés laissent peu de place au levier émotionnel qui peut avoir une forte influence sur l’avenir. Lors d'une enquête d'opinion, les participants sont généralement sollicités pour quelques minutes et ne sont pas prévenus auparavant. Leurs réponses sont donc relativement intuitives, basées sur des considérations analytiques mais aussi émotionnelles. En revanche, le comportement des parieurs sur un marché prédictif est réfléchi et anticipé. Toute considération émotionnelle est donc écartée.


     Dès lors, on s’aperçoit que l’enjeu n’est pas d’élire la meilleure méthode en toutes circonstances, mais bien de véritablement analyser la nature de la prédiction à faire afin de se référer à la méthode de projection la plus appropriée, car les sondages comme les marchés prédictifs ont un avenir certain devant eux.


Mahony Jard

Secrétaire Général de NRC

Mandat 2018-2019

0 vue
Logo blanc complet NRC.png
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram

06.77.83.09.28

59 rue Pierre Taittinger 51100 Reims

© Neoma Reims Conseil,  association loi 1901 de type Junior-Entreprise

Tous droits de reproduction réservés.