• Neoma Reims Conseil

Warren Buffet, ou le bon sens comme clé du succès

On apprenait fin octobre 2018 dans le Wall Street Journal que le milliardaire américain Warren Buffet venait d’investir 600 millions de dollars dans une entreprise « fintech » distribuant des moyens de paiement pour les pays émergents. S’agissant d’un homme dont la fortune est estimée à 84 milliards de dollars (classement Forbes 2018), le fait pourrait paraître anecdotique s’il ne s’agissait pas d’un de ses premiers investissements dans les nouvelles technologies en plus de soixante ans de carrière (il est né en 1930).


Le conglomérat de W. Buffet, Berkshire Hathaway, qu’il a acquis en 1962 et dont il possède encore environ un tiers des actions, est l’une des sociétés les plus rentables au monde sur la durée : 10 000 dollars investis en actions Berkshire en 1965 valaient 80 millions de dollars en 2010. Le rendement annuel moyen de l’entreprise depuis sa création est de 20 %.

En début d’année, sa capitalisation était estimée à plus de 500 milliards de dollars. Disposant de liquidités colossales, Berkshire a même participé à la recapitalisation de Goldman Sachs après la crise financière de 2008.


Buffet est toujours très écouté des investisseurs : l’assemblée générale de Berkshire est un véritable événement se jouant à guichets fermés, des milliers de petits ou gros porteurs se rendant dans le Nebraska pour entendre les analyses de « l’oracle d’Omaha ». Comment expliquer une telle performance, qui plus est réalisée en dépit d’un retard dans la « nouvelle économie » ?


Le secret réside dans les principes d’investissement de Warren Buffet, qu’il a constamment appliqués au fil des ans. On peut les synthétiser ainsi :


- n’investir que dans des entreprises dont on comprend l’activité ;

- investir à un prix correct dans une « bonne » entreprise (potentiellement performante) plutôt qu’à bas prix dans une entreprise banale ;

- se méfier des modes dans l’investissement et de la folie des marchés ;

- miser sur le long terme.


Grâce à ces maximes de bon sens, Warren Buffet a réalisé des investissements fructueux dans des dizaines de sociétés (parmi lesquelles Coca-Cola, American Express, Visa, Heinz, American Airlines…) et est devenu la troisième fortune mondiale. S’il repousse régulièrement la date de son départ en retraite, le devenir de sa fortune a été fixé depuis longtemps : il en déjà légué 80 % à la fondation Gates, et ne souhaite laisser à ses enfants que quelques dizaines de millions de dollars. Il a lancé avec Bill Gates The Giving Pledge, une initiative visant à inciter d’autres milliardaires à faire de même. Plusieurs dizaines d’engagements ont été signés à ce jour.


A l’heure des bulles spéculatives autour des start-ups ou des crypto-monnaies et de la montée de l’individualisme dans les sociétés occidentales, Warren Buffet, malgré ses 88 ans, pourrait bien (re)devenir une source d’inspiration pour un monde des affaires en quête des sens.


Nicolas ARNAUD

Consultant - Pôle communication

Mandat 2019-2020






155 vues
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram

06.77.83.09.28

59 rue Pierre Taittinger 51100 Reims

© Neoma Reims Conseil,  association loi 1901 de type Junior-Entreprise

Tous droits de reproduction réservés.